Partagez cet article
< Retour à la liste des actualités
1 août 2019 7min

Assainissement non collectif, les dessous du système

Quand le raccordement avec le tout-à-l’égout s’avère impossible, les eaux usées doivent faire l’objet d’un traitement à l’aide d’un système d’assainissement non collectif. Cette installation est obligatoire pour traiter les eaux avant de les rejeter dans le milieu naturel. Pour tout savoir sur le fonctionnement de l’assainissement non collectif et en particulier celui d’Enviro-Septic, suivez le guide !

Principe et intérêt de l'assainissement non collectif

Certaines habitations ne sont pas raccordées au système d’assainissement des eaux usées collectif, aussi appelé tout-à-l’égout, car elles se situent hors d’une zone desservie par un réseau public de collecte. Il existe deux types d’eaux usées :

  • Les eaux ménagères, provenant de la salle de bains et de la cuisine, chargées en produits ménagers, graisses, débris organiques ;
  • Les eaux vannes, provenant des toilettes, qui contiennent des micro-organismes potentiellement pathogènes et des produits toxiques.

Le système d’assainissement non collectif permet le recueillement, le prétraitement, l’épuration, l’infiltration (ou le rejet) des eaux usées des habitations non reliées au tout-à-l’égout. Le traitement est obligatoire pour éviter les nuisances environnementales ; en effet, le milieu naturel possède une capacité d’épuration limitée. D’où l’intérêt de mettre en place un système efficace pour éliminer les polluants et ainsi préserver l’environnement, la santé publique et les ressources en eau sur terre. L’installation d’un système d’assainissement non collectif doit respecter certaines règles de distance : à 3 mètres d'un arbre ou d'une clôture, à 35 mètres d'un puits et à 5 mètres du logement.

Le système d'assainissement non collectif Enviro-Septic, filtre à sable nouvelle génération, permet le traitement des effluents en provenance de la fosse toutes eaux (dispositif de prétraitement des eaux usées). Un équipement de qualité qui dépasse les capacités d’un filtre à sable traditionnel pour traiter au mieux les eaux usées domestiques !

La collecte et le prétraitement des eaux usées

Robinets, machines à laver, douches, toilettes… La collecte des eaux vannes et des eaux ménagères consiste à diriger leur écoulement à l’aide de canalisations vers le dispositif de prétraitement, la fosse toutes eaux. Une pente régulière de 2% (sans contrepente) doit être respectée pour faciliter l’écoulement de l’eau vers la fosse toutes eaux. Les canalisations reposent sur un lit de sable d’une dizaine de centimètres environ.

Le principe de prétraitement (ou traitement primaire) de l’eau repose sur plusieurs actions :

  • Elimination des matières décantables (matières en suspension retenues par le traitement primaire) ;
  • Suppression des déchets flottants ;
  • Liquéfaction des matières polluantes.

Cette première étape permet d’ôter certaines matières polluantes des effluents provenant de la maison. Contrairement à la fosse septique, installation désormais interdite, la fosse toutes eaux permet de recueillir l’ensemble des eaux usées domestiques.

Pour un logement de 5 pièces, le volume de la fosse toutes eaux atteint 3 mètres cube minimum. Pour les habitations plus vastes, il est nécessaire d’ajouter 1 mètre cube par pièce. Une fois la fosse installée, une vidange est obligatoire tous les 4 ans pour assurer le bon fonctionnement du dispositif. En effet, cette action empêche l’accumulation des boues et des graisses qui entravent le système de prétraitement des eaux usées domestiques. La hauteur des boues ne doit pas excéder 50% de la fosse. Cet entretien peut être effectué par le SPANC (Service Public d’Assainissement Non Collectif) ou une société de vidange spécialisée.

L’épuration pour l’assainissement non collectif

Le choix du système de traitement de l’eau dépend de la nature du sol. Le dispositif sert à épurer les effluents (eaux usées) grâce à l’action des micro-organismes qui se trouvent dans le sol. Ce traitement secondaire supprime les substances dissoutes dans l’eau comme les polluants biodégradables et les nitrates. Un dispositif de qualité, comme Enviro-Septic, filtre à sable nouvelle génération, ôte efficacement les polluants présents dans l’eau.

Comment cela se passe concrètement ? Une fois le traitement primaire effectuée dans la fosse toutes eaux, les eaux prétraitées circulent vers un regard de répartition, qui permet de répartir idéalement les eaux usées vers un système d’assainissement non collectif, comme celui d’Enviro-Septic. Ensuite, les eaux prétraitées se dirigent dans des conduites pour débuter le processus d’épuration. Les conduites Advanced Enviro-Septic sont conçues en PEHD (polyéthylène haute densité), un matériau imperméable, résistant aux chocs et à la corrosion, recyclable et rigide.

Une fois les eaux arrivées dans les conduites du système Enviro-Septic, les matières en suspension sont retenues puis dégradées. Ce procédé s’effectue grâce à la combinaison de phénomènes anaérobies et aérobies. Des encoches facilitent l’écoulement de l’eau dans les conduites et favorisent le passage de l’air. Les parois cannelées des conduites, quant à elles, offrent davantage d’espace pour le développement des bactéries aérobies.

Le système Enviro-Septic possède aussi un matelas de fibres grossières, véritable support pour les bactéries ; ces dernières prolifèrent dessus pour mieux traiter les effluents. Une membrane géotextile extérieure, par-dessus le matelas de fibres, bloque le passage du sable dans les conduites tout en servant de support additionnel pour les bactéries. L’apport d’air et la fluctuation du liquide optimisent l’efficacité du traitement Aero-Septic.

Consulter la fiche produit

Les conditions d’évacuation de l’eau après traitement

Après traitement par le système d’assainissement non collectif, l’évacuation de l’eau s’effectue de deux manières :

  • Rejet dans le milieu hydraulique via une canalisation ;
  • Infiltration dans le sol.

Avec le système Enviro-Septic, l’évacuation des eaux se fait par infiltration dans le sol, en passant à travers une couche de sable filtrant (épaisseur de 300 millimètres entre le dessous de la conduite et le sol qui reçoit l’eau). Le sable contrôle la vitesse d’infiltration afin de laisser aux bactéries le temps de faire leur travail. Ainsi, si 95% du traitement de l’eau est réalisé dans les conduites du système d’assainissement non collectif Enviro-Septic, la couche de sable autour des conduites permet de traiter les 5% restant.

Les caractéristiques du sol conditionnent le type de filtre à sable à choisir pour traiter l’eau. Enviro-Septic drainé s’adresse aux sols imperméables tandis que l’Enviro-Septic par infiltration s’utilise pour les sols perméables. L’autoépuration naturelle des sols permet d’éliminer les substances résiduelles.

A savoir : les boues composées de résidus de matières organiques, après collecte et déshydratation, servent comme fertilisants pour les sols. Elles s’utilisent aussi pour fabriquer du compost, riche en matières organiques carbonées.

Pour tout savoir et réussir vos projets en assainissement non collectif, téléchargez notre guide complet

Je télécharge le guide

Une question ?
Nous vous rappelons gratuitement
je souhaite être rappelé(e)
Une erreur s'est produite lors de la mise à jour
Fermer
Le champ ne peut pas être vide
Fermer